Histoire

Il y a quelques années, une borne milliaire a été retrouvée près de notre commune. Des traces de Floure figurent sur la table de Peutinger sous le nom latin de Liviana.

Floure est également répertorié avec d'autres noms latins comme Ad Tricesimum ou Cremadeills. 

La table de Peutinger est une copie du XIIIe siècle d'une ancienne carte romaine où figurent les routes et les villes principales de l'Empire romain.

Depuis Toulouse, cinq grandes voies romaines permettaient d'aller dans toutes les directions : vers Narbonne (Sud-Est), vers Saint-Bertrand-de-Comminges et Dax (Sud-Ouest), vers Auch (Ouest), vers Lectoure (Nord-Ouest) et vers Cahors, le Massif Central et Lyon (Nord). Ci-dessous, la liste des communes traversées par la voie romaine entre Toulouse et Narbonne.

De Toulouse à Narbonne

 

Extrait de la carte de Peutinger, où l'on peut voir le nom latin de Floure.

 

Pour la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude (SESA) livre 17 PER 56 et page 54 :

''En partant de Moux, selon l'abbé Griffe, la voie romaine se confond avec la route nationale sur 18 kilomètres. Après quoi, au-delà de Floure elle suivrait un chemin rural qui délimite les communes de Fontiès et Trèbes, puis traverserait la route nationale à l'intersection du chemin actuel de Montlegun''.

 

A Floure, Les Templiers possédaient de nombreux biens en terres, vignes, honneurs.

Le 29 juillet 1167, Roger de Floure et ses frères donnent à la milice du Temple un homme de Floure nommé Guilhem le Pélissier (Pellicerius), avec sa femme, leur descendance, leur « honneur » et leurs biens meubles.

Le Lundi 9 décembre 1168, Arnaud Bérenger donne aux frères du Temple de Saint-Jean de Carrière un champ, une pièce de vigne et sa part des quartes de « Sodora », le tout dans le terroir de Floure. L'acte semble avoir été daté selon le calcul pisan.

Le 20 octobre 1169, Guilhem Bernard de Barbaira donne aux frères du Temple quatre setiers de bon vin pur pris sur la part de dîme qu'il prélevait dans la « villa » de Floure, avec droit de les percevoir sur ses quartes de vendange au cas où ils ne le pourraient sur la dîme.

Sources : Cartulaires des Templiers de Douzens - Publiés par Gérard et Elisabeth Magnou, sous la direction de Philippe Wolff - Paris, Bibliothèque Nationale - 1965

 

Ensuite, selon le dictionnaire encyclopédique de l'Aude (page 661), Floure s'est appelé Flora (Occitan). Variantes toponymiques : Floran, Fluirano, Flurano, Villa Flumarum. Nous avons également retrouvé trace de Floure (floran- floranis) au Xe siècle. La juridiction haute et moyenne appartenait au roi. Aux archives départementales, figure une lettre du roi Saint-Louis, de 1243, au sénéchal de Carcassonne. Louis IX (Saint-Louis) mande au sénéchal de Carcassonne de lui faire savoir la valeur et la qualité de la terre de floranis. Au XIIIe siècle, elle dépendait de la viguerie du Minervois.

 

Sceau de majesté de Louis IX, dit Saint-Louis.

 

En juillet 1377, Floure est taxé de quatre feux d'imposition. Ordonnance des rois de France de la troisième race.

De 1490 à 1560 environ, elle passe à la maison de Courcelles.

 

 Armoiries : d'azur, à une croix d'or.

  

En 1725, M. Paul Cazes, président du parlement de Toulouse était seigneur du lieu.

En 1775, c'est Madame veuve Montlaur (plus connue sous le nom de Jeanne Destaville), qui est seigneuresse de Floure.

Jeanne Destaville, seigneuresse de Floure serait née le 01 juin 1737 à Capendu (11), fille de Pierre Destaville, viguier de Capendu, et Anne Debèze ou Devèse. Elle est décédée le 12 octobre 1816 à Floure.

Elle a épousé le 06 février 1770 à Capendu François Montlaur , négociant à Lagrasse (11).

Elle a ensuite épousé le 29 septembre 1782 à Floure Alexis Sérié, seigneur de « Clermond et Greffel » domicilié à Limoux (11), né à Villardebelle (11) le 11 avril 1735, fils de Alexis Sérié et de Marianne Carla. Le témoin du mariage était le frère de l'épouse, Pierre d'Estaville, seigneur de « Mairac ». Alexis Sérié etait un homme réputé méchant et cruel, détesté par la population.

En 1790, Jeanne Destaville institua les hospices de Carcassonne ses héritiers. La valeur des biens donnés était évaluée à 345 000 francs. Son leg est mentionné sur la tombe. On peut voir la pierre tombale de Jeanne Destaville à l'entrée du cimetière de notre commune sur le côté gauche de la porte.

 

  Portrait de Jeanne Destaville de Floure et sa pierre tombale située à l'entrée du cimetière, à gauche.

 
Ci-gît / Dame Jeanne Destaville / Veuve de Alexis Serié / de Floure / Décédée le 12 Octobre 1816
 

En 1855, la terre seigneuriale de Floure fut démembrée et vendue à diverses personnes.

 

Trois personnes natives de Floure sont titulaires de l'ordre de la Légion d'honneur :

- Prosper Vincent Izar Ramel né le 21/09/1807, Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur le 15/09/1867.

- Emile Arnaud né le 27/12/1869, Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur le 05/10/1920.

- Joseph Georges Basile Léon Laffon né le 12/06/1864, Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur le 18/10/1923.

 

Enfin un autre Flouréen, Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur par décret du 03/09/1926. Il s'agit de Louis Barthélémy Rivière né le 19/01/1848 à Talairan. Il a été maire de Floure pendant 52 ans (élu conseiller municipal le 09/01/1881, -élu maire le 28/06/1885 et réélu maire à toutes les élections municipales qui ont eu lieu depuis.