You are currently viewing 1981 : Il y a quarante ans… Une énorme chute de neige paralysait le village !

1981 : Il y a quarante ans… Une énorme chute de neige paralysait le village !

Le 11 janvier 1981, un dimanche, a eu lieu la plus grosse chute de neige de l’histoire de Floure. Bernard BETES célèbre pour sa mémoire, raconte :

“C’était sur le coup de 13h30, la neige a commencé à tomber du cers, je m’en rappelle bien puisque le matin je faisais des trous pour un particulier à Barbaira. Il faisait un froid de canard. Nous n’avions pas à cette époque les cabines aux tracteurs. Vers 16h lorsque je suis rentré il y avait déjà 20 cm sur la route. Une heure après, nous n’avions plus d’électricité ! A savoir qu’il a neigé toute nuit et au petit matin 60 cm de neige recouvrait la commune.”

Place de la Croix, en plein cœur du village.

En tout c’est plus de 10 jours sans lumière que les administrés ont du subir.

Impasse des tilleuls : Un pin s’est effondré.

Francis BOUZINAC raconte :

“Je m’en rappelle bien car je devais aménager à Floure puisque je vivais et travaillais depuis 20 ans à Toulouse. Du coup, je n’ai pas pu m’installer dans mon nouveau logement, ni aller travailler dans ma nouvelle entreprise carcassonnaise ! J’avais à l’époque une 2CV jaune… Je n’ai pu finalement être un administré flouréen que 15 jours après.”

L’allée des platanes, la fameuse entrée Nord de la commune. A droite l’école, en fond la maison d’Elise Calvayrac.

EDF avait mis en place un groupe électrogène. Et c’est René SALLE, l’employé municipal qui était en charge de l’allumer dès 6h du matin et de l’éteindre aux alentours de 22h.

Bernard BETES se souvient :

“Exceptionnellement, un soir nous avons eu droit au groupe électrogène jusqu’à 23h30 car il y avait un joli film à la télévision.”

La cour de l’actuel Prieuré Saint Louis.

Corinne Fricou (pas encore Micheau), 16 ans à l’époque, se rapelle :

“Pendant quatre jours nous étions sans pain. Ensuite, la boulangère de Fontiès d’Aude, nous en apportait sur la place. En urgence il a fallu vider les congélateurs.”

Route de Monze, sur le pont de l’Autoroute. On peut voir en contrebas l’A61 à peine déneigée.

Francis précise que : “Chacun devait déneiger son devant de porte car le département avait tout juste de quoi s’occuper de la RN 113.”

La neige commence à fondre dans les rues du village autour du 21 janvier 1981.

Une histoire rocambolesque qui a marqué la population. Mais la grande question subsiste : Retombera-t’il autant de neige un jour sur Floure ?

En 1985 : Encore un fois des chutes importantes de neige.

La rue du Château. (1985)
Route de Miramont, le château à droite. (1985)

En Février 1992 : nouvelle neige, près de 40 cm et quatre jours sans électricité.

Bernard Betes sur le tracteur. Merci à lui pour les photos.